Infos

Ce dimanche 6 mars avait lieu la course de Fleurbaix, rendez-vous important dans la région avec au menu un 10km ou un semi-marathon.
Nous étions plus de 3000 inscrits sur les deux courses. Pour ma part, j’ai choisi le 10km et vues les conditions, c’était un excellent choix.

Samedi soir en regardant la météo, je savais déjà que le vent serait “encore” là… J’ai l’impression qu’il ne me quitte plus depuis le Ravensberg et cette course épique!
Dimanche matin donc, levé à 7h, prise du petit-déjeuner (céréales et pain) en prenant bien soin de laisser les volets fermés… Mais j’entends déjà le vent qui souffle…
8h départ pour Fleurbaix, la pluie annoncée n’est pas “encore” au rendez-vous, bonne nouvelle!
J’arrive relativement vite sur place et trouve donc facilement une place pour me garer dans une petite “cité résidentielle” à 500m du départ.
Je pars récupérer mon dossard… en disant bonjour par ci par là aux abeilles de l’US Marquette que je croise. En prime, un bonnet nous est offert! Ca tombe bien, il est bleu en totale adéquation avec ma tenue 😉
dossardfleurbaix

Dossard récupéré, reste plus qu’à s’habiller en conséquence. Il fait 5 degrés et il y a un vent de dingue.
Cette année, le parcours de la course a changé et je ne sais pas donc trop à quoi m’attendre. Nouveauté également, des SAS de départ sont mis en place afin d’éviter un peloton trop dense et le risque de chutes notamment… Pour moi, ce sera le SAS 40-45 où je retrouve des athlètes du club dont une qui veut se qualifier en moins de 43′ pour obtenir sa qualif’ au championnat de France. Elle me dit être emmenée par deux abeilles sur ce temps-là…

fleurbaix

9h30: les “élites” partent suivi 30” plus tard par le SAS moins de 40’… 9h31: c’est parti pour moi. Je suis les autres abeilles qui partent comme des balles… même avec le vent de dos, je trouve que c’est trop rapide (premier km en 3’57”). Je décide tout de suite de lever le pied pour ne pas me cramer d’entrée et les laisse filer…

Le vent devient très vite mon ennemi car soit je l’ai de face ou de côté… Rarement de dos et les périodes de récup’ sont très rares… J’enchaîne donc les kilomètres en restant sur mon tempo soit 4’10… Arrive alors le 4ème km… C’est là que je récupère une abeille qui a complètement explosé avec un départ trop rapide et qui n’arrivera pas à son objectif de moins de 43’… Je décide de rester avec elle et d’essayer de la motiver comme je peux mais elle me dit qu’elle n’a plus de jus… Je la motive, je crie, je lui dis de bien s’abriter derrière moi mais la moyenne chute et ses 43′ s’envolent. Plusieurs fois, elle me dit de partir et de faire ma course, mais je ne la laisse pas car avec le vent elle resterait trop en galère.
J’avoue que le vent fait très mal et c’est difficile de tenir une bonne allure… Les kms s’enchaînent et la moyenne baisse… Au revoir les 43′ et sa qualif’. Je tente donc de limiter les dégâts mais comme elle n’a plus de jus, c’est compliqué. Dernier kilo et dernier effort pour passer la ligne en 44’45”… Grosse déception pour elle…
Pour moi, pas de soucis, course sans pression en totale relaxation. Les conditions étaient très dures et le vent omniprésent. Le nouveau parcours est plutôt agréable excepté quelques longues lignes droites.
Par contre, chapeau aux participants du semi marathon parce qu’avec ces conditions il fallait le faire!

entete_a5_2016

Sur le 10kms, c’est Cédric Plovier qui s’impose en 31’53 devant Thomas Desrumaux et Julien Nison. Chez les féminines, c’est Ludivine Lacroix qui remporte la course en 37’00 devant Anne-Charlotte Franquet et Séverine Deltombe.
Sur le semi, victoire écrasante de Romain Carette…
Fleurbaix, une vraie course en NORD!

Un bon dimanche donc puisqu’à part la course, deux athlètes que je coache ont réussi de belles choses… A savoir pour l’une, sur le 10km de Fleurbaix, un objectif atteint de 45′ et un RP explosé, pour l’autre, sur le semi-marathon de Paris, une qualif’ aux France en 1h48’…

Bravo!

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.