Infos

Aujourd’hui, je vous parle de l’entraînement à jeun…
Pour faire simple, il s’agit de s’entraîner le matin le “ventre vide” afin de mobiliser davantage les graisses durant l’effort. De ce fait, le corps ayant brûlé les sucres rapides lors du sommeil, l’utilisation des lipides(graisses) comme combustible de l’action musculaire sera démultipliée. Les graisses fourniront ainsi la plus grande partie de l’énergie nécessaire au coureur, ce qui est moins le cas lorsque le coureur s’est normalement alimenté au réveil par le biais d’un petit-déjeuner.
Beaucoup de marathoniens utilisent l’entraînement à jeun pour s’habituer à mieux mobiliser les réserves de graisses au moment où ils atteignent le ‘mur’, c’est-à-dire l’épuisement des réserves glucidiques (situation proche du 30ème km d’un marathon).
Pour les non marathoniens, on parlera plutôt d’affûtage pré-compétition, pour atteindre un poids de forme par exemple.

Fab1

Attention cependant à ne pas en abuser…
Courir à jeun, c’est aussi prendre le risque de brûler des acides gras essentiels, des protéines et donc affaiblir son organisme. Il conviendra donc d’être à l’écoute de vos sensations et de votre corps.

Quelques petits conseils:

  • ne dépasser pas, dans un premier temps, 30 minutes de course et voyez comment vous vous sentez,
  • courez en endurance fondamentale, inutile de mettre du rythme dans la séance à jeun,
  • avant de partir, buvez quelque chose… un café (non sucré!), un thé(non sucré!), ou un grand verre d’eau,
  • emmenez avec vous une barre céréales, un gel énergétique au cas où vous feriez une petite hypoglycémie,
  • emmenez également de l’eau, il est important de s’hydrater pendant la sortie à jeun qui excède 30 minutes,
  • la veille au soir, mangez bien surtout des sucres lents,
  • si vous choisissez de partir à jeun, je conseillerai une seule fois par semaine
  • après l’entraînement, prenez un petit déjeuner copieux et équilibré.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.